RELIGIONS ET MIGRATIONS : conférences 2016-2017

Le thème de cette année est : « Religions et migrations »

Nos conférences aborderont ce thème grâce à des voix diverses, des expériences vécues dans notre région et bien au-delà. Dans un monde où les migrations sont toujours sujettes à débats, combats, engagements, études, nous essaierons de réfléchir à l’articulation entre religions et migrations.

  • Jeudi 22 septembre 2016, Maison du Peuple, Belfort, à 20h 30

Face à la « crise » migratoire : quels enjeux pour les chrétiens ?

par Geneviève Jacques

  • Mercredi 12 octobre 2016, Maison du Peuple, Belfort, à 20h 30

Les migrations au Pays de Montbéliard

par Gérard Delavelle et Alexis Hopital

  • Mercredi 9 novembre 2016, Maison du Peuple, Belfort, à 20h 30

Migration et religion en islam

par Saïda Douki Dedieu

  • Mercredi 18 Janvier 2017, Maison du Peuple, Belfort, à 20h 30

Que peut faire l’Eglise Catholique face aux politiques quant aux migrants?

par Claude SCHOCKERT

  • Mercredi 22 mars 2017, Maison du Peuple, Belfort, à 20h 30

Migration et héritage : hériter pour avoir ou pour être ?

par  Karima Berger

 

Publié dans Programme, Thème | Laisser un commentaire

Face à la « crise » migratoire : quels enjeux pour les chrétiens ?

Jeudi 22 septembre 2016, Maison du Peuple, Belfort, à 20h 30

Face à la « crise » migratoire : quels enjeux pour les chrétiens ?

par Geneviève Jacques

Geneviève Jacques, présidente de la Cimade, Service œcuménique d’entraide auprès des personnes étrangères, nous présentera une analyse des questions migratoires en Europe et en France aujourd’hui , en dégageant les enjeux essentiels que cela pose à nos sociétés. Elle nous proposera des pistes d’engagement possibles pour contribuer à apporter des réponses à la hauteur de ces enjeux, en soulignant les responsabilités des chrétiens dans ce contexte.

Geneviève Jacques  a un long parcours d’engagement dans le mouvement oecuménique pour la défense et la promotion des droits humains. Elle a travaillé 10 ans au Conseil œcuménique des Eglises. Elle est présidente de la Cimade depuis 2013.

La première conférence de notre programme de l’année, « Religions et migrations » a donné la parole à Geneviève Jacques, présidente de la Cimade, Service œcuménique d’entraide auprès des personnes étrangères. C’est une association d’origine protestante qui, depuis 1940, se préoccupe des personnes déplacées et de leurs droits. Geneviève Jacques  a un long parcours d’engagement dans le mouvement œcuménique pour la défense et la promotion des droits humains. Elle a travaillé 10 ans au Conseil œcuménique des Eglises. Elle est présidente de la Cimade depuis 2013. Elle nous a fait réfléchir autour d’une question : Face à la « crise » migratoire : quels enjeux pour les chrétiens ? Geneviève Jacques nous a présenté  une analyse des questions migratoires en Europe et en France aujourd’hui, en dégageant les enjeux essentiels que cela pose à nos sociétés. La majorité  des exilés sont réfugiés dans les pays voisins des zones de conflits, souvent des pays pauvres. Les pays riches en accueillent moins de 14%. Que retiendra l’histoire de l’égoïsme de nos pays ? La soi-disant « crise migratoire » qui devrait plutôt être appelée une « crise de la solidarité » correspond à l’accueil de 0,3% de la population de l’Europe. Notre attitude manifestera un choix de société ; l’opinion publique doit pousser les élus à une prise de conscience : souhaitons-nous faire société ensemble ou nous arquebouter sur les valeurs d’identité et de sécurité ? Le 21° siècle sera un siècle de migrations humaines. Depuis 2000, l’Europe a dépensé 13 milliards d’euros pour fermer ses frontières et les migrants ont payé 1,5 milliard aux passeurs. Il faut beaucoup de ressources financières, physiques et morales pour décider d’émigrer. Et nous sommes face à un défi démographique pour assurer nos retraites et notre niveau de vie. Préfèrerions-nous les robots aux migrants ?

Geneviève Jacques nous a proposé des pistes d’engagement possibles pour contribuer à apporter des réponses à la hauteur de ces enjeux : favoriser les voies légales d’entrée en France, c’est-à-dire accorder davantage de visas ; faire progresser les politiques sociales, aussi pour les populations installées depuis longtemps ; écouter les peurs de l’opinion publique, mais dénoncer les mensonges ; susciter des rencontres et la connaissance de l’histoire des immigrations ; s’engager dans l’accueil pour l’accès aux droits et l’apprentissage du français. Ce sont des enjeux citoyens qui résonnent aux oreilles des chrétiens sensibles au message de l’Evangile. Les Eglises ont des réseaux de compétences, de locaux, de richesses. A nous de devenir témoins et acteurs d’une culture d’hospitalité !

L’interview de Geneviève Jacques à RCF peut être ré-écoutée en cliquant sur le lien ci dessous:

L’introduction à la conférence peut être ré-écoutée en cliquant sur le lien ci dessous:

La conférence peut être ré-écoutée en cliquant sur le lien ci dessous:

Les débats peuvent aussi être entendus en cliquant sur le lien ci dessous:

Retour au programme

Publié dans Conférence | Laisser un commentaire

Migrations au Pays de Montbéliard

Mercredi 12 octobre 2016à 20 h 30 à la Maison du Peuple – Belfort

Migrations au Pays de Montbéliard

par Gérard DELAVELLE et Alexis HOPITAL

Gérard DELAVELLE a travaillé comme ouvrier avec des migrants maghrébins, il a été salarié à l’association culturelle du comité d’établissement Peugeot de Sochaux et a, ensuite, repris des études  d’assistant de service social à  l’IRTS (Institut Régional de Travail Social) de Besançon.
Alexis HOPITAL a été le premier prêtre ouvrier du Pays de Montbéliard, en étant ouvrier du BTP dès 1966. Agé  de 90 ans, il vit  sa retraite à Lyon, en lien avec le mouvement spirituel du Prado crée par le Père Chevrier.

La rencontre avait pour ambition d’éclairer localement l’histoire récente des migrations au Pays de Montbéliard depuis 1950 et, en particulier, la migration algérienne, à partir de l’expérience de deux  acteurs se connaissant bien, témoins et passeurs entre migrants et nationaux. Ils étaient invités à décrire la manière dont les religions locales ont réagi à ces migrations économiques indispensables, sur fond de guerre d’Algérie et à travers l’Action Catholique Ouvrière.

  • Le premier est prêtre-ouvrier. Alexis Hopital  a choisi de travailler dans le BTP et a  vécu pendant 23 ans à la marge du « Pays », là où les conditions de travail sont les plus dures, les souffrances les plus vives et les plus sourdes. Il  raconte comment du fait du conflit, les contacts étaient rendus difficiles et comment une rencontre avec un Algérien qui s’avéra être militant du FLN, permit de créer la confiance, de mettre des militants français en lien avec des travailleurs algériens et d’agir dans la solidarité pour finir par créer, de manière œcuménique,  une amicale puis une association franco-algérienne. Celle-ci rayonna dans le grand Est et contribua à ouvrir les Eglises et les collectivités  à cette réalité.
  • Le second, Gérard Delavelle, est un ancien ouvrier de Peugeot devenu, au fil de son syndicalisme militant, assistant social et défenseur des droits des immigrés. Il décrit  l’évolution de ces mouvements migratoires liés à l’emploi, la déférence à l’égard des nationaux et le sentiment d’infériorité hérité de la colonisation, la prise de conscience des populations grâce au cartel des associations d’accueil. La diminution inexorable des emplois depuis 30 ans qui passèrent chez PSA de 40000 à 6000 CDI provoqua le retournement des sentiments à l’égard des immigrés et le désir de reprise en main par les migrants de leur destin et de leur dignité  par l’affirmation de droits identitaires culturels et  cultuels.

 Simplicité évangélique et humanité lumineuse sont les marques de ces deux témoignages au plus près de la condition  de l’immigré. Lequel vit une double absence dans son parcours : tout à la fois absent de son pays, frappé de culpabilité inexpiable, mais tout aussi absent, du fait de l’exclusion dont il est victime, du pays d’arrivée qui le traite comme un problème. Un rappel utile à entendre aujourd’hui.

Retour au programme

Publié dans Conférence | Laisser un commentaire

Migration et religion en islam

Mercredi 9 novembre 2016 à 20h 30 à la Maison du Peuple – Belfort

Migration et religion en islam

par Saïda DOUKI DEDIEU

Les événements tragiques que la France, comme d’autres pays européens, a vécus au cours des derniers mois, ont mis en lumière la liaison dangereuse que pouvait entretenir la communauté musulmane d’origine immigrée avec le fanatisme religieux.

La migration qui conduit à vivre dans un pays étranger à sa propre culture est toujours une menace pour l’identité personnelle et collective que résume le concept d’assimilation. Le risque pour la communauté migrante est, en effet, de se dissoudre dans la société d’accueil, au risque de rompre avec ses origines. C’est ce qui explique les réactions instinctives de défense sur le mode de la crispation identitaire et du repli communautaire.

La population migrante n’en a pas moins vécu depuis plusieurs générations sur le sol français en bonne entente avec la communauté nationale et dans le respect des lois de la République.

C’est seulement depuis deux décennies que l’Islam a fait irruption dans l’espace et le débat publics, à travers la revendication d’une pratique ostentatoire multipliant les entorses au principe intangible de laïcité. Le phénomène religieux s’est d’abord fait visible (à travers notamment le port du voile par les femmes) avant de commencer à représenter une réelle menace (avec la guerre déclarée de jeunes franco-musulmans contre leur pays).

Il est important de comprendre que nous sommes confrontés non pas à un surcroît de religiosité mais à une véritable conversion à une lecture purement littéraliste de l’Islam et qui n’est pas propre à la communauté immigrée, puisqu’elle touche autant les Français dits de souche que les pays musulmans, la Tunisie notamment. En effet, ce pays dispute à la France le triste record de pourvoyeur de djihadistes et de cible privilégiée de leurs attaques.

Deux ordres de facteurs ont présidé à cette mutation. D’une part, la montée en puissance d’une idéologie d’extrême-droite qui a fait de l’immigration son cheval de bataille et dont les discours xénophobes trouvent un écho grandissant à la faveur de la crise économique qui secoue le pays. C’est surtout, « quand il se sent menacé qu’un groupe éprouve la nécessité de radicaliser sa différence par rapport aux autres », explique l’historienne Anne-Marie Thiesse[1]. Pour les groupes victimes de discriminations, poursuit-elle, « l’affirmation d’une identité est une façon de retourner le stigmate qui les différenciait en en faisant un élément de fierté ». D’autre part, et c’est probablement le plus important, ce renouveau religieux participe, en fait, d’une offensive internationale salafiste visant à ré-islamiser le monde entier, y compris musulman. Car cette idéologie promeut une lecture littéraliste de la religion musulmane jusque-là très peu partagée par les croyants.

C’est dire que la surenchère religieuse n’est nullement spécifique de la condition migratoire, mais que la migration accroit la vulnérabilité des groupes minoritaires, surtout quand ils sont stigmatisés, au discours prosélyte des nouveaux prédicateurs intégristes. Il reste à comprendre pourquoi une vision aussi anachronique du monde rencontre autant de succès aux conséquences dramatiques pour le vivre-ensemble et la paix dans le monde ?

Dernière parution (septembre 2016) :  Daech, la dernière utopie meurtrière, écrit avec Hager Karray.


[1]                      Isabelle Taboada-Leonetti, « anne-marie thiesse – La création des identités nationales », Cahiers de l’Urmis [En ligne], 6 | mars 2000, mis en ligne le 15 septembre 2003, consulté le 26 février 2016. URL : http://urmis.revues.org/304

Saida DOUKI est psychiatre de formation et de profession. Elle est enseignante aux facultés de médecine de Lyon et Tunis. S’intéressant tout particulièrement à la condition des femmes musulmanes, elle publie et fait des conférences sur ce sujet. 

L’interview de Saida DOUKI DEDIEU à RCF peut être ré-écoutée en cliquant sur le lien ci dessous:

Pour accéder à la présentation de l’exposé de Saida DOUKI DEDIEU, cliquez sur le lien ci-dessous:

Migration et religion en islam

Retour au programme

Publié dans Conférence | Laisser un commentaire

Que peut faire l’Eglise Catholique face aux politiques quant aux migrants?

Mercredi 18 janvier 2017 à 20h 30 à la Maison du Peuple – Belfort

Que peut faire l’Eglise Catholique face aux politiques quant aux migrants?

par Claude SCHOCKERT

L’église catholique dans sa tradition accueille de manière inconditionnelle l’étranger. Ce message est encore aujourd’hui à mettre en œuvre et à faire vivre.

Claude SCHOCKERT, évêque de Belfort Montbéliard de 2000 à 2015 a été président du Service National de la Pastorale des Migrants de 2005 à 2011 et est actuellement l’évêque accompagnateur de la Pastorale des Migrants dans la province de Besançon.

Retour au programme

Publié dans Conférence | Laisser un commentaire

Migration et héritage : hériter pour avoir ou pour être ?

Mercredi 22 mars 2017, Maison du Peuple, Belfort, à 20h 30

Migration et héritage : hériter pour avoir ou pour être ?

par  Karima Berger

L’héritage est une question que nous avons connue ou que nous connaîtrons  un jour. Transmettre, recevoir, tel est le  noble « commerce »  des hommes et des générations, un échange qui dessine en permanence nos vies, dans un flux ininterrompu de dons et de contre-dons, matériels, immatériels et spirituels. Pour les migrants, ce flux, enseveli ou dévoyé, génère de graves blessures, surtout dans un contexte de forte rupture comme l’éprouve l’islam aujourd’hui. Si ce flux rencontrait un terreau bienveillant – ici ou « au pays », reprendrait-il son cours et en quoi pourrait-il enrichir l’humanité ?

Karima Berger est écrivain, auteur d’ Eclats d´islam, Les Attentives et Mektouba. «Je suis arabe et française, orientale et occidentale, musulmane et laïque, femme et écrivain… Ces sources qui m’animent m’inventent chaque jour… ». Karima Berger est présidente de l’association Écritures & Spiritualités.

Retour au programme

Publié dans Conférence | Laisser un commentaire