Migration et religion en islam

Mercredi 9 novembre 2016 à 20h 30 à la Maison du Peuple – Belfort

Migration et religion en islam

par Saïda DOUKI DEDIEU

Les événements tragiques que la France, comme d’autres pays européens, a vécus au cours des derniers mois, ont mis en lumière la liaison dangereuse que pouvait entretenir la communauté musulmane d’origine immigrée avec le fanatisme religieux.

La migration qui conduit à vivre dans un pays étranger à sa propre culture est toujours une menace pour l’identité personnelle et collective que résume le concept d’assimilation. Le risque pour la communauté migrante est, en effet, de se dissoudre dans la société d’accueil, au risque de rompre avec ses origines. C’est ce qui explique les réactions instinctives de défense sur le mode de la crispation identitaire et du repli communautaire.

La population migrante n’en a pas moins vécu depuis plusieurs générations sur le sol français en bonne entente avec la communauté nationale et dans le respect des lois de la République.

C’est seulement depuis deux décennies que l’Islam a fait irruption dans l’espace et le débat publics, à travers la revendication d’une pratique ostentatoire multipliant les entorses au principe intangible de laïcité. Le phénomène religieux s’est d’abord fait visible (à travers notamment le port du voile par les femmes) avant de commencer à représenter une réelle menace (avec la guerre déclarée de jeunes franco-musulmans contre leur pays).

Il est important de comprendre que nous sommes confrontés non pas à un surcroît de religiosité mais à une véritable conversion à une lecture purement littéraliste de l’Islam et qui n’est pas propre à la communauté immigrée, puisqu’elle touche autant les Français dits de souche que les pays musulmans, la Tunisie notamment. En effet, ce pays dispute à la France le triste record de pourvoyeur de djihadistes et de cible privilégiée de leurs attaques.

Deux ordres de facteurs ont présidé à cette mutation. D’une part, la montée en puissance d’une idéologie d’extrême-droite qui a fait de l’immigration son cheval de bataille et dont les discours xénophobes trouvent un écho grandissant à la faveur de la crise économique qui secoue le pays. C’est surtout, « quand il se sent menacé qu’un groupe éprouve la nécessité de radicaliser sa différence par rapport aux autres », explique l’historienne Anne-Marie Thiesse[1]. Pour les groupes victimes de discriminations, poursuit-elle, « l’affirmation d’une identité est une façon de retourner le stigmate qui les différenciait en en faisant un élément de fierté ». D’autre part, et c’est probablement le plus important, ce renouveau religieux participe, en fait, d’une offensive internationale salafiste visant à ré-islamiser le monde entier, y compris musulman. Car cette idéologie promeut une lecture littéraliste de la religion musulmane jusque-là très peu partagée par les croyants.

C’est dire que la surenchère religieuse n’est nullement spécifique de la condition migratoire, mais que la migration accroit la vulnérabilité des groupes minoritaires, surtout quand ils sont stigmatisés, au discours prosélyte des nouveaux prédicateurs intégristes. Il reste à comprendre pourquoi une vision aussi anachronique du monde rencontre autant de succès aux conséquences dramatiques pour le vivre-ensemble et la paix dans le monde ?

Dernière parution (septembre 2016) :  Daech, la dernière utopie meurtrière, écrit avec Hager Karray.


[1]                      Isabelle Taboada-Leonetti, « anne-marie thiesse – La création des identités nationales », Cahiers de l’Urmis [En ligne], 6 | mars 2000, mis en ligne le 15 septembre 2003, consulté le 26 février 2016. URL : http://urmis.revues.org/304

Saida DOUKI est psychiatre de formation et de profession. Elle est enseignante aux facultés de médecine de Lyon et Tunis. S’intéressant tout particulièrement à la condition des femmes musulmanes, elle publie et fait des conférences sur ce sujet. 

L’interview de Saida DOUKI DEDIEU à RCF peut être ré-écoutée en cliquant sur le lien ci dessous:

Pour accéder à la présentation de l’exposé de Saida DOUKI DEDIEU, cliquez sur le lien ci-dessous:

Migration et religion en islam

Retour au programme

Ce contenu a été publié dans Conférence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.